Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Natacha Litzistorf, Directrice d’equiterre.
© JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Verts 

Une Verte diplômée

Natacha Litzistorf reprend le siège de Daniel Brélaz à la municipalité

C’est, si l’on veut, la remplaçante de Daniel Brélaz. Natacha Litzistorf va occuper la seconde place écologiste à la Municipalité de Lausanne, au côté du sortant Jean-Yves Pidoux, en charge des services industriels. Pour briguer la succession du géant vert, cette femme souriante et plutôt menue avait été nettement préférée par les siens au député Yves Ferrari.

Agée de 47 ans, mariée, la nouvelle élue est bardée de diplômes. Avant de s’installer à Lausanne, elle a grandi à Genève, où elle a fait sa licence de science politique. Après des formations post-grade en sciences de l’environnement, à Neuchâtel et à Louvain-la-Neuve (B), elle entre comme chargée de projets à Equiterre, dont elle est depuis quinze ans la directrice. Equiterre? Une association à but non lucratif «qui accompagne les pouvoirs publics et les acteurs privés sur le chemin de la durabilité», explique sur son cv celle qui se dépeint volontiers comme une militante de la paix.

L’élue collectionne aussi les mandats associatifs, de la présidence de la Fédération romande des consommateurs (FRC) à celle de Jardin Urbain, en passant par Lausanne à table et la promotion de la santé. Si son parcours peut lui avoir donné l’image d’une Verte un brin technocrate regardant d’assez loin les priorités de ses alliés socialistes, elle proteste chaque fois qu’elle en a l’occasion de son attachement aux valeurs de gauche. Elle s’intéresse aussi au management public, ce qui la rapproche de Florence Germond, la directrice des finances, qui, grâce à elle, ne sera plus la seule femme à l’exécutif lausannois.

Lire également: Trois nouveaux visages pour Lausanne

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a