retraites

Unia soutient la réforme de la prévoyance vieillesse

Le syndicat renonce à lancer un référendum contre la réforme de la prévoyance vieillesse. Le relèvement à 65 ans de l'âge de la retraite des femmes reste une pilule amère

Le syndicat Unia renonce à lancer un référendum contre la réforme de la prévoyance vieillesse approuvée par le Parlement vendredi. Réunis en assemblée, ses délégués ont décidé de la soutenir, malgré la hausse de l'âge de la retraite pour les femmes.

Le porte-parole d'Unia Philipp Zimmermann n'a pas voulu donner le score du vote. La décision a créé des remous et pour beaucoup de délégués, il a été difficile d'approuver le texte, a-t-il déclaré.

Lire aussi:  Alain Berset: «La caissière sera mieux lotie avec cette réforme»

Le relèvement à 65 ans de l'âge de la retraite des femmes reste une pilule amère, fait savoir Unia dans un communiqué. Les femmes paient ainsi le prix fort de la réforme, «un élément très négatif» du projet d'Alain Berset.

Unia a chargé l'Union suisse syndicale (USS) d'examiner le lancement d'une initiative populaire pour ancrer rapidement dans la Constitution des mesures efficaces afin d'atteindre l'égalité salariale.

Progrès importants

Néanmoins, la réforme apporte «un renforcement de l'AVS et un changement de paradigme». Les progrès sont notables: pour la première fois depuis des décennies, les nouvelles rentes seront augmentées. Le renforcement de l'AVS est aussi un signe politique important, car c'est le pilier le plus stable de la prévoyance vieillesse, souligne Unia.

Autre point positif pour le syndicat: la meilleure couverture des bas revenus au travers de la prévoyance professionnelle. «Un pas significatif» a été franchi en permettant aux salariés au chômage dès 58 ans de rester dans leurs caisses de pension et de conserver le droit à la rente.

 

Publicité