A Genève, la chaîne Urbanbio, qui exploite quatre enseignes au bout du lac, n’a pas respecté la loi sur les horaires d’ouverture des magasins pendant plus d’un an et demi. Elle a été dénoncée aux autorités par le syndicat SIT qui a rendu publique l’affaire mardi.

Selon le SIT, Urbanbio utilisait un stratagème pour contourner la loi genevoise et ouvrir sept jours sur sept ses magasins. La chaîne embauchait ses employés en tant que «cadres dirigeants», qui ont la particularité de ne pas être soumis à la législation. Ces personnes n’avaient cependant pas le salaire qui correspondait à leur titre.

Le SIT indique qu’elles touchaient au plus 4500 francs par mois, y compris les heures supplémentaires et le travail du dimanche. Parfois, leur rémunération atteignait moins de 4000 francs. Ces employés n’avaient en outre aucun pouvoir de décision, «si ce n’est de prendre la porte en cas de désaccord».

Le syndicat a dénoncé ces abus au Service du commerce qui a ordonné à Urbanbio de se conformer à la loi sur les horaires des magasins. La chaîne a réagi en décidant de licencier la plupart de son personnel afin de pouvoir passer des contrats de franchisé et de pouvoir ainsi bénéficier d’autres horaires, a regretté le SIT.