Le candidat du Parti démocrate-chrétien s’appellera bien Urs Schwaller. Réuni mardi après-midi au Palais fédéral, le groupe parlementaire, auquel appartiennent également les Verts libéraux et les Evangéliques, ont décidé de concentrer leurs efforts sur le Singinois pour reconquérir un deuxième siège au Conseil fédéral. Il l’a choisi à l’unanimité (48 voix sur 48).

Cette décision n’est pas étonnante, tant Urs Schwaller, qui préside précisément le groupe parlementaire, fait l’unanimité au sein du parti. Ancien conseiller d’Etat (pendant treize ans), conseiller aux Etats (depuis 2003), il passe pour un rassembleur, contrairement à l’autre candidat fribourgeois, Dominique de Buman, dont la candidature presque sauvage n’a pas fait l’unanimité au sein du parti. Quant au troisième prétendant, le conseiller d’Etat Luigi Pedrazzini, il n’a pas non plus été retenu. Mais il faut dire que sa candidature tardive était surtout motivée par la nécessité d’exprimer le souci des Tessinois de ne plus être représentés au Conseil fédéral depuis le départ de Flavio Cotti en 1999.

Au parlement, la cote d’Urs Schwaller est bonne et on peut s’attendre à voir une bonne partie de la gauche lui apporter son soutien. Le jeu sera ainsi très ouvert jusqu’au moment de l’élection, le 16 septembre à 8 heures.