Le candidat PDC à l’élection au Conseil fédéral Urs Schwaller rejette les demandes formulées ce week-end par le PS. «Je reste fidèle à mes opinions», a-t-il déclaré dans une interview parue dans les quotidiens alémaniques «Tages-Anzeiger» et «Bund» lundi.

La cheffe du groupe parlementaire socialiste Ursula Wyss et le président du PS Christian Levrat ont posé leurs conditions à un soutien au conseiller aux Etats fribourgeois dans la presse dominicale.

Ils exigent d’entamer des négociations en vue d’une adhésion à l’UE dans la prochaine législature, qui commence en 2011. Urs Schwaller, un tenant de la voie bilatérale, estime qu’une entrée dans l’UE ne peut être une option qu’à long terme. «Il faudrait que l’UE devienne plus fédéraliste», précise-t-il. La cote au PS

Christian Levrat demande aussi un soutien aux 500 millions supplémentaires pour les primes maladie. «Cela ne va rien arranger à la hausse des coûts de la santé. Plus d’argent pour les primes ne ferait que déplacer le problème», rétorque Urs Schwaller.

Le PS pourrait voter Urs Schwaller

«Pour l’instant, Urs Schwaller remporte les faveurs de la majorité du groupe parlementaire», a précisé Ursula Wyss à l’ATS lundi. Ajoutant qu’il doit faire des concessions s’il veut avoir le soutien du reste du groupe. Verdict le 15 septembre

Le groupe parlementaire socialiste auditionnera les candidats à la succession de Pascal Couchepin le 15 septembre, soit un jour avant l’élection. Selon Mme Wyss, il décidera à cette occasion quel candidat il soutient.

Le PDC décidera mardi 8 septembre qui il veut lancer dans la course. Outre la candidature d’Urs Schwaller, il examinera celle du conseiller national fribourgeois Dominique de Buman et celle du conseiller d’Etat tessinois Luigi Pedrazzini.

Le PLR a quant à lui déjà fait son choix: il présente le conseiller aux Etats neuchâtelois Didier Burkhalter et le conseiller national genevois Christian Lüscher.

.