Le Léman Express subit de fortes perturbations et suscite déjà un certain ras-le-bol. Une pétition a d’ailleurs été lancée, comme le révélait vendredi la Tribune de Genève. De plus, la mairie de Versoix a annoncé sur son site internet avoir adressé un courrier de plainte au responsable de l’offre Léman Express ainsi qu’au conseiller d’Etat Serge Dal Busco.

Mis en service le 15 décembre dernier, le Léman Express avait pourtant été accueilli avec enthousiasme des deux côtés de la frontière. Les premières statistiques, dévoilées en début de semaine, indiquaient 25000* usagers quotidiens. Pénalisée par des grèves, la circulation sur l’entier du réseau, France comprise, a commencé ce mercredi. Néanmoins, retards et annulations de trains se multiplient.

Lire aussi: Le Léman Express dépasse les attentes

Une pétition lancée sur internet

Stéphane Conus, candidat Vert au Conseil municipal de Versoix, a donc décidé de pousser un «coup de gueule démocratique», comme il l’appelle, au travers d’une pétition en ligne. «Pour que le Léman Express cesse de jouer avec nos nerfs» demande aux responsables du réseau de se réunir rapidement afin de prendre des mesures concrètes pour pallier ces dérangements. Plus de 500 signatures ont été récoltées en deux jours.

Lire également notre reportage: Léman Express, le train qui peut en cacher beaucoup d’autres

«Hier encore, un train a été supprimé et le suivant avait vingt minutes de retard. C’est insupportable», lance Stéphane Conus. Et quand les trains arrivent, certains sont dans une composition réduite avec parfois qu’une seule rame. «Les gens qui montent à Versoix se retrouvent serrés comme des sardines et aux arrêts suivants, certains doivent rester à quai faute de place», ajoute le Versoisien. Il a en outre connaissance de cas où ces retards à répétition ont engendré de malheureuses conséquences. «Un habitant de la commune a perdu son emploi car il n’arrivait pas à l’heure. Il était en période d’essai. De plus, certains élèves du Collège Sismondi ont été exclus des cours car leurs retards se faisaient trop nombreux», explique-t-il.

En phase de rodage

Lémanis, la société mixte gérante du réseau, est au courant de ces problèmes et affirme agir en vue de trouver des solutions rapidement. «Une task force se réunit régulièrement», affirme Céline Monteiro, responsable communication. Elle explique que ces difficultés sont principalement provoquées par la phase de rodage technique. «Normalement, elle aurait dû avoir lieu le 15 décembre mais elle a été retardée notamment à cause des grèves», précise-t-elle. En plus, des incidents ponctuels sont venus aggraver la situation mercredi soir: un accident avec un sanglier et une panne d’un train de marchandises du côté d’Annemasse qui a bloqué la gare.

A quand un retour à la normale? Lémanis ne peut avancer de date. Les perturbations devraient donc se prolonger la semaine prochaine encore. «Nous tenons à nous excuser auprès de nos voyageurs qui subissent ces désagréments», assure Céline Monteiro. La société reconnaît également manquer de réactivité dans sa communication avec les usagers. Cet aspect va être réglé à court terme, affirme-t-elle.

* Correction apportée le 26 janvier: 25 000 passagers quotidiens, pas 2500.