Après le refus du nouveau Musée d'art et d'histoire, qui devait accueillir ses collections d'antiquités et de peintures modernes, Jean Claude Gandur a furieusement envie d'aller voir ailleurs. Sa Fondation «est de nouveau libre de poursuivre d'autres projets et je m'en réjouis», a-t-il indiqué par communiqué. Plusieurs destinations possibles viennent à l'esprit.

Italie ou France. Le milliardaire semble privilégier un lieu existant dans l'un de ces deux pays, sans qu'on ait plus de détails à ce stade.

Espagne. La Fondation Gandur pour l'art a signé en janvier 2015 un partenariat avec le Musée de la reine Sofia à Madrid. Jean Claude Gandur y était la semaine dernière.

Bâle. Le musée Antique de Bâle s'est dit prêt, en 2012, à s'agrandir pour accueillir la collection d'antiquités du mécène.

Lausanne. Jean Claude Gandur, ancien résident vaudois, était membre du jury qui a choisi le projet du Pôle muséal lausannois. Il a aussi fait un don de trois millions de francs au futur musée des beaux-arts vaudois. Il est aussi impliqué dans le pavillon culturel de l'EPFL, «Under One Roof», ultime réalisation de prestige du règne de Patrick Aebischer.

Lire aussi: