«Bern wirkt Wunder.» Du slogan incantatoire à la réalité. Alexander Tschäppät a vu le miracle prendre forme, dimanche à Lucerne, lors du tirage au sort de l'Euro 2008 de football. Ses yeux ne cessent depuis lors de pétiller derrière ses lunettes. Quatre jours après, le maire de Berne a cru bon de répéter, pour se persuader qu'il n'avait pas rêvé, que sa ville a été «chanceuse avec le tirage», obtenant un «groupe très attractif».

Trois matches du «groupe de la mort» se disputeront au Stade de Suisse: le 9 juin, Hollande-Italie; le 13 juin, France-Hollande; le 17 juin, Hollande-Roumanie.

«Nous sommes impatients de vivre la fête en orange», reprend Alexander Tschäppät. Berne sera le bastion de l'équipe des Pays-Bas à la tenue orange. Le maire veut croire que les fans néerlandais feront vibrer sa ville, dans la bonne humeur.

Associé aux conseillers d'Etat Andreas Rickenbacher (ministre de l'Economie) et Hans-Jürg Käser (ministre de la Police), il a fait le point sur la situation jeudi. Pas de révélation. Les grandes options avaient déjà été prises, un crédit de 11 millions débloqué à parts égales par la Ville et le canton, la zone de fête délimitée entre la gare et la vieille ville. Ne reste qu'à tout affiner: Berne s'attend à voir débarquer de nombreux supporters néerlandais en camping-car. Plusieurs sites d'accueil sont prévus en périphérie de la ville, qui mettra encore à disposition 6000 lits de la protection civile et 700 lits chez des particuliers. En plus des capacités hôtelières.

245000 visiteurs

La ville fédérale a fait une estimation du nombre de visiteurs les jours de match: 90000 pour Hollande-Italie, 85000 pour Hollande-France et 70000 pour Hollande-Roumanie. 30000 prendront place dans le stade, les autres suivront les rencontres devant les écrans géants.

Entièrement cantonalisée dès le 1er janvier 2008, la police se prépare à encadrer l'événement. Hans-Jürg Käser et le commandant Stefan Blättler paraissent sereins. Ils appliqueront la philosophie des «3D»: dialoguer, désamorcer, défendre. Les forces de l'ordre seront discrètes si tout va bien. Prêtes à intervenir au moindre incident, notamment auprès de supporters enivrés. Des stages de formation spécifique sont programmés en début d'année prochaine.

Comme Alexander Tschäppät, le conseiller d'Etat Andreas Rickenbacher a levé les bras au ciel lors du tirage au sort. L'occasion est belle de profiler le canton de Berne comme site touristique et d'implantation économique auprès de voisins européens proches, néerlandais, français et italiens. Et les Roumains? Il en a très peu été question...