Les gardes-faune professionnels ont abattu un loup dans le Haut-Valais dans la nuit de jeudi à vendredi, a indiqué le conseil d'Etat vendredi en marge d’une conférence de presse sur le grand prédateur. Le canton veut pouvoir réguler le loup durant six mois.

La mise à mort d’un loup dans la région de Schattenberge-Augstbord, entre les communes d’Ergisch et Unterbäch, avait été ordonnée cette semaine par le conseiller d’Etat Frédéric Favre. Le grand prédateur avait tué au total 28 animaux de rente en situation protégée dans la zone de surfaces agricoles utiles et «les conditions pour le tir étaient donc remplies».

Lire aussi: «Trop protéger le loup peut être néfaste»

Demande au Conseil fédéral

Lors de la conférence de presse consacrée à la présence du grand prédateur dans le canton, le conseiller d’Etat a aussi annoncé que le gouvernement cantonal allait envoyer un courrier au Conseil fédéral demandant de pouvoir, à titre exceptionnel, «réguler la surpopulation de loups durant six mois».

«Cela se ferait en concertation avec l’office fédéral de l’environnement», précise Frédéric Favre. «Nous définirions un nombre de loups que nous pourrions tirer avant que les attaques ne se produisent». Depuis le début de l’année, 92 animaux de rente ont été tués par le loup, dont 31 en situation protégeable. «Pour nous, la situation est devenue incontrôlable», indique Frédéric Favre.

Lire aussi: Tirer un mouflon, le drôle de cadeau du président sortant du Grand Conseil valaisan