Les Valaisans ont largement accepté dimanche une loi qui encadre la pratique de l'assistance au suicide en institution. La nouvelle loi garantit aussi l'accès aux soins palliatifs.

La loi sur les soins palliatifs et l'encadrement de la pratique de l'assistance au suicide en institution (LSPASI) a été acceptée par 76,55% des votants. La participation s'est élevée à 38,84%.

Dans le Haut-Valais, où en 2021 un seul EMS autorisait ses résidents à recourir à l'aide au suicide, l'objet a également été largement approuvé (65,47%). Le clivage géographique observé lors des débats au parlement ne s'est donc pas confirmé dans les urnes.

Allocations familiales

Le Valais a par ailleurs décidé d'une hausse générale des allocations familiales. Il a suivi à une large majorité le parlement et le gouvernement cantonaux. Ce résultat ne sera peut-être pas définitif.

La population valaisanne a soutenu la révision de la loi cantonale sur les allocations familiales qui octroie une hausse de 30 francs à toutes les familles, le montant passant ainsi de 275 à 305 francs par mois, par enfant. 52 227 personnes s'y sont montrées favorables, (61,94%), contre 32 094. L'objet a mobilisé 38,85% de l'électorat.

Le coût supplémentaire de la mesure est estimé à entre 22 et 25 millions de francs environ, supportés de manière paritaire entre salariés et employeurs.


Certains chiffres de ce papier ont été modifiés, la commune de Monthey ayant, dans un premier temps, inversé le résultat des deux votations