Le Valais se cherche quatre nouveaux juges cantonaux, pour faire face à autant de départs à la retraite. Et débat il y aura en mai, devant le Grand Conseil, au moment de l’élection. Si la Commission de justice du parlement (Coju) a suivi le Conseil de la magistrature pour désigner ses quatre favoris, deux candidats supplémentaires, ayant maintenu leur candidature, se mêleront à la danse. Et ils pourraient jouer les trouble-fêtes, la proposition de nommer l’actuel procureur général, Nicolas Dubuis, soulevant de nombreuses interrogations.

L’étonnement était de mise, à gauche comme à droite, ce mardi, à l’heure où la Commission de justice a communiqué qu’elle soutenait les propositions du Conseil de la magistrature. «Cet organe, qui enquête en ce moment sur des dysfonctionnements au sein du Ministère public, propose le chef de ce même Ministère public au poste de juge cantonal. Cela ne pose-t-il pas un problème?» interroge Céline Dessimoz, la cheffe du groupe des Vert·e·s au parlement. Pour Barbara Lanthemann, la réponse est claire: «Oui, ce choix pose problème.» Et la présidente du Parti socialiste du Valais romand de rappeler les critiques qui ont visé Nicolas Dubuis lors de la session du Grand Conseil de février.