«J'ai douze prises de canons à neige sur mon alpage et vous voyez, je suis toujours là et je ne me plains pas.» Une semaine après les opposants, c'était hier au tour des partisans de l'enneigement artificiel à Champéry de s'exprimer: représentants de la population, milieux touristiques, mais aussi paysans, tel Marc Berra, l'homme aux douze prises. Gérald Avanthay, président du centre sportif de Champéry, estime par exemple que «ce n'est pas une poignée de grincheux qui doit faire la loi, mais bien l'intérêt général d'une population qui vit majoritairement du tourisme.»

Une pétition de soutien aux canons a ainsi été lancée par le député Alexis Gex-Collet, recueillant jusqu'ici 380 signatures, à savoir l'apport de 40% des citoyens. Le directeur des remontées mécaniques, Raymond Monay, a rappelé enfin qu'une étude d'impact avait été gelée en 1991 par les services cantonaux: «Nous avons passé outre et n'avons qu'à nous en féliciter. Sans les canons, nous n'aurions pas survécu.» La commune réunira partisans et opposants le 23 août prochain, puis statuera sur la mise à l'enquête des installations, ordonnée par le canton, qui aura finalement le dernier mot.

L.N.