Energie

Le Valais contrôlera deux tiers de sa production hydroélectrique

Les barrages et la production hydroélectrique valaisanne seront à l'avenir contrôlés par le canton. Le Grand Conseil a plébiscité jeudi en deuxième lecture la loi sur l'utilisation des forces hydrauliques

Le Grand conseil valaisan a bouclé jeudi l'un des plus gros dossiers de la législature: il a mis sous toit une loi qui permettra au Valais de garder en main cantonale au moins 60% de la production hydroélectrique, contre 20% actuellement.

La dizaine de modifications discutées lors de la deuxième lecture de détail du texte ont toutes été refusées par le plénum ou retirées par leur auteur. Au final, le projet de loi du gouvernement a été accepté à la quasi-unanimité en deuxième lecture par 125 voix et une abstention.

Lire aussi:  Comment le Valais veut reprendre le contrôle de ses barrages

Tous les groupes politiques ont salué le travail accompli par le département et son chef Jean-Michel Cina. Le conseiller d'Etat, qui ne se représentera pas aux élections cantonales de mars 2017, s'est réjoui de ce succès: «C'est une journée extraordinaire, un moment de récompense et de reconnaissance pour mes collaborateurs qui suivent ce dossier depuis des années».

Jusqu'en 2087

Le texte de loi prévoit que les communes concédantes gardent 30% des installations hydroélectriques, cèdent au canton à un prix dit «solidaire» une part de 30% et disposent librement des 40% restants. L'idée est de revendre cette part à des partenaires externes.

Les concessions des installations arrivent à échéance dès 2017 et progressivement jusqu'en 2087. La valeur des barrages valaisans est évaluée à moins de 10 milliards de francs.

L'énergie hydraulique représente environ 55% de la production d'électricité en Suisse. Les aménagements valaisans produisent 28% de l'hydroélectricité suisse. «Aujourd'hui, nous avons franchi une étape. Ce n'est qu'un début, il reste encore pas mal de défis à relever», a souligné Jean-Michel Cina.

Publicité