Les travaux de troisième correction du Rhône dans la région de Viège, réalisés ces dernières années, ont une conséquence inattendue et fâcheuse. Une substance hautement toxique et cancérogène, la benzidine, est déversée dans le fleuve depuis plus d’une année, au moins. C’est une des informations choc qui ressort des 512 pages remises par Joël Rossier, l’ancien chef du service valaisan de l’environnement (SEN), au Conseil d’Etat dans le cadre de son départ mouvementé.

Preuve que le sujet est sensible, Jacques Melly, le chef du Département de la mobilité, du territoire et de l’environnement, était entouré d’une vingtaine de personnes vendredi matin, majoritairement ses chefs de service et office, pour répondre aux questions des médias, dont Le Temps, qui avaient demandé et reçu les documents en main du gouvernement – pour l’heure, les quelque 75 000 documents que Joël Rossier a en outre remis à l’Inspection cantonale des finances demeurent secrets –, après une médiation du préposé cantonal à la protection des données à la transparence, Sébastien Fanti.