Lonza sur le banc des accusés. La scène s’est déroulée en juin dernier au Tribunal du district de Viège, dans le Haut-Valais. Le groupe chimique était accusé de pollution des eaux par négligence. Non pas pour l’affaire du mercure, qui agite le Valais depuis 2011, mais pour avoir rejeté dans l’environnement du 1,4-dioxane, un solvant cancérigène.

En Valais, de nombreuses personnes s’interrogent: existe-t-il une politique du «deux poids, deux mesures»? Pour une pollution, sans commune mesure avec celle du mercure, un procès a été nécessaire, pour finalement acquitter Lonza. Elles ont l’impression que la justice valaisanne n’a pas fait son travail au sujet de la plus vaste pollution au mercure de Suisse. Et pourtant…