Suisse

Le Valais rend hommage à Jean-Noël Rey et Georgie Lamon

Les deux personnalités valaisannes ont perdu la vie dans les attentats de Ouagadougou le 15 janvier. Un millier de personnes a pris place dans la cathédrale de Sion pour la cérémonie

Le Valais a rendu hommage vendredi à Georgie Lamon et à Jean-Noël Rey qui ont perdu la vie dans les attentats de Ouagadougou le 15 janvier. Un millier de personnes a pris place dans la cathédrale de Sion pour la cérémonie.

Lire aussi: La Suisse atterrée par la mort de Jean-Noël Rey et Georgie Lamon

La cérémonie religieuse présidée par l'évêque de Sion Jean-Marie Lovey, a été suivie par le conseiller fédéral Alain Berset et par les anciens conseillers fédéraux Ruth Dreifuss, Micheline Calmy-Rey, Pascal Couchepin et René Felber. Plusieurs parlementaires fédéraux et cantonaux, nouveaux et anciens, remplissaient les travées de la cathédrale.

«Profondément démuni»

Dans son homélie, l'évêque a condamné la violence aveugle. Elle a le «terrible pouvoir d'ébranler notre confiance en l'homme et en Dieu», a-t-il déclaré. La question «pourquoi» est revenue comme un leitmotiv dans la bouche de tous les orateurs.

Le président du gouvernement valaisan Jacques Melly a dit son incompréhension et sa colère devant ces actes absurdes, «on se sent profondément démuni». Georgie Lamon et Jean-Noël Rey s'étaient rendus au Burkina Faso pour des motifs humanitaires. «On ne tue pas ceux qui nous viennent en aide».

René Felber a rendu hommage à la personnalité de l'ancien patron de la Poste suisse Jean-Noël Rey. Son engagement a toujours été total, profond et sincère dans tout ce qu'il a entrepris. «Par son ouverture au monde, il a entraîné mon respect, c'est ce dont je me souviendrai», a dit l'ancien conseiller fédéral.

«Pourquoi eux?»

L'émotion a gagné l'ancien juge fédéral Claude Rouiller, ami des deux victimes, qui a eu de la peine à retenir ses larmes. Il a évoqué le souvenir de deux hommes qui ont consacré leur vie au bien commun. «Pourquoi eux? Il n'y a pas de réponse, il n'y a jamais de réponse à l'absurde».

Il y a plusieurs années, les juges de ce qui était alors le tribunal fédéral des assurances ont visité l'Office romand d'intégration professionnelle pour handicapés (ORIF). Une visite menée par le directeur Georgie Lamon après laquelle un juge a confié à Claude Rouiller: «ton ami est un homme fantastique, s'il y en avait 10'000 comme lui, tout le monde serait heureux», a raconté l'ancien juge fédéral.

«Ils ont donné de l'humanité une image plus noble, plus fraternelle», a dit David Bagnoud, président de Lens (VS) et neveu de Georgie Lamon. "Altruisme, bienveillance, générosité sont les valeurs qui guidaient les deux hommes».

Engagement humanitaire au Burkina Faso

Responsable de l'association du Burkina Faso en Suisse, Komi Tahirou a remercié les deux victimes pour leur affection et leur engagement dans son pays «meurtri par la barbarie». Les deux hommes étaient venus inaugurer la cantine d'une école financée par l'association Yelen créée par Georgie Lamon et soutenue par Jean-Noël Rey.

Enseignant de formation et diplômé de pédagogie curative, Georgie Lamon a dirigé durant 30 ans le centre ORIF. Il a toujours défendu la cause des plus faibles, les personnes handicapées en tête. Sa carrière politique l'a mené à siéger durant douze ans au Grand Conseil valaisan. Après sa retraite, il est resté très actif et s'est engagé en faveur du patrimoine de sa commune de Lens.

Attaque djihadiste 

Jean-Noël Rey était licencié en sciences économiques et en sciences sociales. Il a mis ses compétences au service du parti socialiste. En 1976, il devient secrétaire du groupe socialiste aux Chambres fédérales, puis se retrouve collaborateur personnel du conseiller fédéral Otto Stich avant de passer à la direction générale de la Poste de 1990 à 1998. Il a siégé au Conseil national de 2003 à 2007. Avant son décès, il présidait la chambre de commerce France-Suisse.

Lire aussi: Jean-Noël Rey, un homme entier doté d’un grand humanisme

Le vendredi 15 janvier, les deux hommes ont été abattus au restaurant Cappuccino de Ouagadougou lors d'une attaque djihadiste qui a fait 29 morts. Jean-Noël Rey avait 66 ans, Georgie Lamon 82 ans. Les obsèques se dérouleront samedi à Lens et à Chermignon (VS), lieu de domicile des deux hommes.

Publicité