Une candidate et six candidats brigueront les cinq sièges du gouvernement valaisan lors de l'élection agendée au 4 mars prochain. Parmi eux, quatre sortants ont décidé de se représenter. Seul le conseiller d'Etat radical Serge Sierro, directeur du Département de l'éducation, de la culture et du sport, a renoncé à briguer un nouveau mandat.

La surprise, dans ces élections, vient de la candidature dissidente de la radicale Cilette Cretton, de Martigny, ancienne présidente du PRD du canton du Valais durant quatre ans. Son parti, réuni en assemblée samedi à Charrat, avait en effet décidé à une écrasante majorité, de présenter Claude Roch, président de la commune de Port-Valais et actuellement aux commandes du parti cantonal, pour remplacer le conseiller d'Etat sortant Serge Sierro.

Cilette Cretton, qui a siégé durant douze ans sur les bancs du Grand Conseil, a pour sa part estimé que l'électorat valaisan devait avoir un véritable choix, et prônait ainsi la constitution d'une liste ouverte pour le Parti radical. Elle a par conséquent décidé de se lancer seule à l'assaut d'un fauteuil gouvernemental, et d'un bastion masculin (Le Temps du 5 février 2001).

Liste commune pour la droite non radicale

Les deux conseillers d'Etat démocrate-chrétiens Jean-René Fournier et Jean-Jacques Rey-Bellet sont quant à eux associés au conseiller d'Etat chrétien social Wilhelm Schnyder sur la même liste. Le sortant socialiste Thomas Burgener, qui avait remplacé Peter Bodenmann en cours de période, est également sur les rangs.

Le dernier candidat est l'indépendant Michel Carron. C'est la deuxième fois qu'il brigue un siège gouvernemental après sa tentative manquée de 1996.

L'élection, au système majoritaire, aura lieu le 4 mars prochain. Un éventuel second tour est prévu le 18 mars.

LT