Le gouvernement valaisan décrète, à son tour, l'état de situation extraordinaire pour l'ensemble du territoire cantonal. Dès 18h30 ce lundi, seuls les magasins qui vendent des produits alimentaires ou de première nécessité, ainsi que les points de vente de produits médicaux, pourront rester ouverts.

«Le gouvernement estime nécessaire de prendre des mesures complémentaires rapides pour assurer la protection de la population et retarder du mieux possible la propagation du virus dans le canton», déclare-t-il dans un communiqué. Il renforce ainsi les mesures prises vendredi.

Suivez l'actualité de la journée de ce lundi 16 mars

Une vie au ralenti

Comme d'autres cantons, le Valais va vivre au ralenti. Tous les établissements de restauration seront fermés dès la fin de l'après-midi, à l'exception des services de livraison à domicile, des take-away au guichet ou des cantines sociales à but non lucratif. Il en va de même pour les commerces qui ne sont pas des magasins d'alimentation et de produits de première nécessité ou des points de vente de produits médicaux et de soins de santé (pharmacies, drogueries, opticiens). Les kiosques et les stations services (sauf partie cafés, bars) pourront également rester ouverts.

Les manifestations et rassemblements publics et privés aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur, sont interdits, sauf exceptions du Conseil d'Etat. Les services de culte et tous les cours publics et privés aussi bien en groupe qu'individuels sont suspendus, de même que les activités liées aux services personnels (salon de coiffure, instituts de beauté, ongleries, tatoueurs, y compris à domicile).

Retrouvez nos principaux articles sur le virus

Les hôtels aussi

Une exception d'une trentaine d'heures est accordée aux hôtels et établissements d'hébergement. Ces derniers devront fermer leurs portes ce mardi à minuit, «sauf autorisations extraordinaires délivrées par le Conseil d'Etat pour loger les frontaliers».

Toutes ces nouvelles mesures édictées par le Conseil d'Etat valaisan sont valables, «jusqu'à nouvel ordre», et leur non-respect pourra entraîner des conséquences pénales pouvant aller jusqu'à une amende de 10 000 francs.

Les services postaux, bancaires, financiers et d'assurance sont maintenus, de même que les secteurs de l'agriculture, de la transformation agroalimentaire et de l'industrie alimentaire. Le gouvernement valaisan recommande par ailleurs aux autres activités de l'économie de «s'adapter à la nouvelle situation, de respecter les normes d'hygiène accrue et la distance sociale appropriée ainsi que de chercher des solutions d'hébergement sur place pour les collaborateurs frontaliers».