Les importants dégâts causés par le gel aux vergers valaisans étaient au cœur de plusieurs interventions urgentes vendredi au parlement cantonal. Le gouvernement a promis de soutenir les arboriculteurs concernés.

«Nous avons bien conscience des énormes dégâts causés», a assuré Christophe Darbellay, chef du département de l’économie. Début avril, le gel a ravagé le coteau, soit 350 hectares d’abricotiers, et fortement affecté la plaine. La perte d’abricots pourrait atteindre 70%, soit près de 5,5 millions de kilos.

Lire aussi: Le changement climatique avance les saints de glace

Inquiets pour les producteurs concernés, les députés du Grand Conseil ont accepté sans discussion deux postulats urgents du PDC invitant le Conseil d’Etat à mettre en place «une aide financière urgente», à créer «un fonds de réserve ou une assurance gel afin de prévenir d’autres situations similaires» ou encore à «examiner la possibilité d’une aide financière ponctuelle pour les cas de rigueur».

Christophe Darbellay a assuré «examiner toutes les mesures de soutien possibles». Son département est en contact avec toutes les parties prenantes, y compris au niveau fédéral.

«Contraire à la loi fédérale»

Le Grand Conseil a accepté par 105 voix contre 17 et une abstention un postulat urgent du député PLR Julien Monod demandant l’introduction d’une «mesure fiscale durable pour encourager les agriculteurs à se prémunir personnellement du risque». Celle-ci prendrait la forme d’une provision fiscale pour conditions climatiques défavorables et viendrait s’ajouter aux autres provisions déjà admises par la loi fiscale.

Un éditorial: L’agriculture suisse si vulnérable au froid

Le Conseil d’Etat s’est opposé au postulat urgent. Le grand argentier Roberto Schmidt a rappelé que la mesure proposée est contraire à la législation fédérale.