politique

En Valais, une procédure pénale est ouverte contre Yannick Buttet

Yannick Buttet fait désormais l’objet d’une procédure pénale pour contrainte à la suite de la plainte pour des infractions contre l’honneur et la liberté sexuelles déposée par son ex-maîtresse. La justice valaisanne a confirmé l’information, parue dans la presse dominicale

Nouvelle étape dans l’affaire Buttet: le Ministère public valaisan a ouvert la procédure pour contrainte, a indiqué le procureur général adjoint du Valais Jean-Pierre Greter. Selon le Code pénal, cette infraction est passible d’une amende ou d’une peine d’emprisonnement de 3 ans au maximum.

Cette procédure fait suite à l’arrestation du conseiller national PDC dans la nuit du 18 au 19 novembre devant l’immeuble de son ex-maîtresse alors qu’il sonnait avec insistance à la porte d’entrée. Avant cela et à la suite de leur rupture, il l’aurait harcelée, la contactant jusqu’à 50 fois par jour par courriel, téléphone ou texto.

La révélation de cette affaire a libéré la parole de plusieurs parlementaires fédérales et journalistes. Samedi encore dans les médias, dont Le Temps, une demi-douzaine d’entre elles témoignaient anonymement, livrant des détails scabreux sur son comportement, en particulier lors de soirées où le politicien apparaissait sous l’influence de l’alcool.

Lire aussi: De nouveaux témoignages détaillent les dérapages à répétition de Yannick Buttet

En cure de désintoxication

Yannick Buttet connaît ce problème d’alcool depuis plusieurs années et a décidé désormais de se faire soigner, a fait savoir son avocat, Andreas Meili, cité dans Le Nouvelliste de samedi. Parallèlement, il a démissionné de plusieurs de ses fonctions, dont celle de vice-président du PDC Suisse et de membre de la Société suisse des officiers. Lieutenant-colonel EMG, il a en outre été suspendu du commandement de son bataillon.

Le conseiller national s’est aussi retiré temporairement de son mandat à la Chambre du peuple, ainsi que de la présidence de sa commune de Collombey-Muraz (VS). Il est depuis aux abonnés absents.

Faisant suite aux nouvelles révélations de samedi dans les médias, notamment celles du Temps, son parti a renouvelé sa volonté de le rencontrer au plus vite, une fois que son état de santé le permettra.

Notre dossier: L’affaire Yannick Buttet

Publicité