Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le centre d'enregistrement et de procédure de Vallorbe, ce jeudi 28 juin 2018.
© VALENTIN FLAURAUD/KEYSTONE

Asile

Vallorbe accueillera le quatrième centre fédéral pour requérants de Suisse romande

Alors que, en 2016, la commune et le canton de Vaud s’étaient opposés à l’installation d’un centre fédéral de renvoi, ce jeudi, les autorités se sont déclarées «satisfaites» de la convention signée avec la Confédération

Vallorbe accueillera le quatrième centre fédéral pour requérants d’asile (CFA) de Suisse romande dès le 1er mars 2019. Une convention a été signée permettant l’exploitation du centre d’enregistrement et de procédure (CEP) actuel en un CFA sans procédure.

Le ton s’est adouci

En 2016, les autorités de Vallorbe et du canton de Vaud étaient montées aux barricades contre les intentions de Berne, le ton est aujourd’hui complètement adouci. «Nous sommes satisfaits de la solution trouvée et nous remercions la Confédération et le canton», a déclaré jeudi Stéphane Costantini.

Lire aussi: Vaud provoque la Confédération en duel

Syndic de Vallorbe, il a présenté à la presse aux côtés du conseiller d’Etat vaudois Philippe Leuba et de Mario Gattiker, secrétaire d’Etat aux Migrations, l’issue du bras de fer. Depuis dix-huit ans, la commune de 3900 habitants accueille des requérants, ce qui «n’a pas toujours été facile […] Mais aujourd’hui le vivre-ensemble se passe correctement», a expliqué l’élu.

Quand la Confédération a parlé d’installer à Vallorbe quasi exclusivement des requérants déboutés, la commune s’est opposée à tout changement, avec l’appui «indéfectible» du canton de Vaud. Après de nombreuses discussions, le centre de Vallorbe conservera le même profil de requérants, s’est félicité Stéphane Costantini.

«Ce ne sera pas un centre de départ»

Le centre actuel, qui peut accueillir 250 personnes, deviendra le centre des requérants, sans procédure, en cours de réinstallation. Il n’y aura environ que 5% de personnes en attente de renvoi. «Ce ne sera pas un centre de départ» et Vallorbe pourra ainsi jouer «un rôle humanitaire prépondérant» dans le premier accueil.

Il n’y aura pas d’agrandissement du centre, les 40 à 50 emplois seront maintenus même si certaines fonctions évolueront. «Les intérêts de Vallorbe ont été pris en compte avec une convention unique en Suisse», s’est réjoui Philippe Leuba. «C’est une très grande satisfaction» de voir que rien ne sera fait «contre» Vallorbe.

Mario Gattiker a contesté que la Confédération ait fait «une concession» ou qu’il s’agisse «d’un compromis». C’est «une solution» et Vallorbe jouera un rôle clé dans la politique de réinstallation des réfugiés admis en Suisse, à partir du 1er mars 2019, date d’entrée en vigueur de la loi sur l’asile révisée.

Les réfugiés en attente de renvoi seront répartis dans les autres centres. Pour la Suisse romande, le dispositif est achevé: Boudry (NE) est un centre avec procédure, alors que Chevrilles (FR) et le Grand-Saconnex (GE) sont des établissements sans procédure.

Moudon un jour peut-être

Depuis le 3 avril, Boudry et Chevrilles mènent une phase pilote. Le but est de développer les collaborations pour la mise en œuvre des procédures accélérées de traitement des cas.

La «région asile romande» comptera 1280 places d’hébergement. S’il n’était pas possible de prolonger l’installation sur sol neuchâtelois, la solution de la caserne de Moudon (VD) pourrait réémerger, a noté Philippe Leuba en soulignant que l’on parlait éventuellement de 2029.

 

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a