D’ordinaire à cette saison, les citoyens bien établis de Vandœuvres «sont derrière leurs grandes haies de thuyas ou de laurelles en attendant d’ouvrir leurs piscines», comme le résume avec malice un habitant. C’est un peu moins vrai depuis que Le Temps, voici trois semaines, a mis en lumière les drôles de choses qui se passent dans cette commune genevoise. La mairie a en effet payé des milliers d’heures supplémentaires à une employée communale pour plus de 400 000 francs. Ce qui affole certains contribuables de la riche agglomération.

Lire aussi: Vandœuvres, ses secrets, ses murmures, ses salaires mirobolants