Le Vatican doit lui donner accès à l’enquête sur la mort en 1998 du commandant de la Garde
suisse Aloïs Estermann et de son épouse, Gladys Meza Romero, ainsi que de son fils, le sous-officier Cédric Tornay, accusé du meurtre du couple avant de se suicider, selon la version officielle. Muguette Baudat l’exige dans une lettre ouverte publiée ce 4 mai. Elle n’a jamais cru à la thèse du Saint-Siège avancée quelques heures après le drame et prétend «pouvoir confronter les résultats de [son] enquête avec le dossier du Vatican, toujours secret et inaccessible par la volonté politique des premiers collaborateurs du pape». Car, pour elle, son jeune soldat a lui aussi été «assassiné».

Lire aussi: Au Vatican, le meurtre d’Aloïs Estermann reste inexplicable