Suite aux annonces du Conseil fédéral mercredi le Conseil d'Etat vaudois a adapté ses mesures économiques. Le canton ajoute 58 millions pour couvrir les charges des entreprises touchées, pour un total de 250 millions en plus des aides fédérales. Il dit que cela ne va pas suffire et appelle la Confédération à augmenter drastiquement ses indemnisations.  

Lire aussi: Pour les cantons romands, «Berne joue au Picsou»

«L'effet parapluie»

«Le Conseil fédéral a entendu le message des cantons pour dire qu'il fallait simplifier le dispositif des cas de rigueur, nous le saluons, déclare Pascal Broulis. Mais en fonction des décisions de fermeture prises mercredi les montants ne sont pas suffisants». Les ministres des finances des cantons latins se sont réunis jeudi matin en commission, l'ensemble de la conférence considère qu'il manque entre un 1,5 milliard et 2,5 milliards. «L'enveloppe est largement insuffisante pour couvrir l'effet parapluie. Nous ne sommes plus dans une logique de cas de rigueur mais dans une logique d'indemnisation claire et nette. Quand vous fermez les commerces de détail dans une période où les soldes sont là pour évacuer le stock, pour passer à la saison suivante, c'est de la trésorerie pure et dure pour les commerçants». Les ministres des finances considèrent alors qu'il faut réactualiser les prêts covid. Ceux-ci iront jusqu'en 2028, mais selon Pascal Broulis, nous devrons les assumer jusqu'en 2030. 

Lire également: L’accès aux indemnités suite à la crise du coronavirus sera plus simple 

Alors que certains acteurs économiques, notamment des restaurateurs, attendent parfois leurs aides depuis des mois, Philippe Leuba s'est félicité du fait qu'elles allaient être payées dès aujourd'hui, du fait que les forces de travail de l'administration ont été doublées. Le ministre de l'économie a aussi informé que l'aide cantonale liée à l'opération Welqome 2 sera versée immédiatement, sans attendre que les bons soient validées, vu la fermeture des restaurants. 


Pour aller plus loin, lire aussi: