«Si l’on en fait trop, on nous reprochera d’avoir crié au loup. Si l’on n’en fait pas assez, on nous accusera d’impréparation», résume Vassilis Venizelos, ministre vaudois de l’Environnement. C’est dans cet état d’esprit que le Conseil d'Etat présentait mercredi sa stratégie d’anticipation à une possible pénurie d’énergie. Pas d’alarmisme, mais un plan échelonné en quatre phases progressives pour réduire sa consommation. L’Etat-major cantonal de conduite sera aux manettes du dispositif de gestion de crise dans deux semaines déjà, afin de permettre aux autorités d’agir dans des délais très courts en fonction de l’évolution de la situation.