Élections fédérales 

Vaud également emporté par la vague verte

A l'image du reste du pays, les écologistes vaudois ont fait un carton lors des élections au National. La députation verte double pour atteindre quatre élus et les Vert'libéraux gagnent un siège. Le PDC perd son unique représentant et l'UDC passe de quatre à trois fauteuils

Les Verts sont les grands gagnants des élections au Conseil national. Ils parviennent à mettre la main sur le siège supplémentaire auquel le canton de Vaud a droit en raison de sa croissance démographique, mais également à gagner un fauteuil. «Nous avons obtenu d'excellents scores partout, en ville comme à la campagne. C'est un raz-de-marée vert», s'est réjoui le président de parti cantonal Alberto Mocchi.

Lire aussi: Vaud verdit de tous côtés

Femmes en force

Trois femmes se sont placées derrière les sortants Adèle Thorens Goumaz et Daniel Brélaz. D'abord, la secrétaire générale de la Fédération des consommateurs Sophie Michaud Gigon qui fait un très bon résultat, puis la députée Léonore Porchet. Toutes deux sont assurées de siéger sous la coupole.

Lire également le commentaire de notre journaliste: La stratégie de funambule de la droite vaudoise

Suivent la climatologue Valentine Python, grande surprise de ces élections, et le député Raphaël Mahaim. Si, comme annoncé, l'ancien syndic de Lausanne Daniel Brélaz quitte son poste en cours de législature et qu'Adèle Thorens Goumaz est élue au 2e tour aux Etats, ces deux nouveaux venus siégeront à Berne. Les jeunes Verts font aussi très fort avec 3,28% des suffrages.

Lire encore: Les femmes progressent, mais lentement

Deux Vert'lib

Les Vert'libéraux sont les autres vainqueurs du jour. La sortante Isabelle Chevalley s'est assuré une confortable réélection et elle a emmené dans son sillage le président du parti cantonal François Pointet, lequel ne parvenait pas y croire jusqu'au dernier moment. Le parti passe ainsi d'un à deux sièges.

Interrogée sur le succès de la formation, Isabelle Chevalley estime qu'«il y a différentes manières de faire de l'écologie. Il faut donner envie aux gens, pas leur dire on doit.» Longtemps seule à représenter les Vert'libéraux en Suisse romande, elle se réjouit de pouvoir compter sur un élu genevois, Michel Matter, et sur son colistier François Pointet. «C'est le bonheur!»

Exit Béglé

Côté perdants, l'UDC fait la grimace. Trois de ses quatre conseillers nationaux se représentaient. Si ces derniers, à savoir Jean-Pierre Grin, Jacques Nicolet et Michaël Buffat, ont conservé leurs sièges, celui laissé vacant par la seule femme sortante Alice Glauser-Zufferey n'a pas pu être sauvé. Quatrième, le député Philippe Jobin ne se rendra donc pas sous la coupole.

Lire finalement: Claude Beglé évincé

Mais c'est surtout du côté du PDC que la défaite fait très mal, car elle sonne le glas de la présence vaudoise du parti à Berne. Le sortant, l'ancien président de la Poste Claude Béglé, déjà en queue de peloton en 2015, a certainement payé le prix de ses propos controversés sur la Corée du Nord. Son parti récolte un maigre 1,79% des voix.

Interrogé, il ne regrette pas son voyage en Corée du nord, ni ses tweets. »Je suis resté fidèle à moi-même. Je suis allé sur le terrain et j'ai eu le courage de mes opinions, en ne disant pas toujours ce qu'il faut pour plaire.» Mais d'ajouter: «Vu la manière dont mes propos ont été rapportés, je comprends que les gens se soient posé des questions.» 

Statu quo PS et PLR

Au PLR et au PS, on sauve les meubles et chacun conserve ses cinq sièges. Chez les libéraux-radicaux, Olivier Français, candidat à sa réélection aux Etats fait la course en tête devant les sortants Isabelle Moret et Olivier Feller. La conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro fera son entrée à Berne et devance le conseiller national et syndic d'Aigle Frédéric Borloz.

Au sixième rang, le sortant et syndic de Montreux Laurent Wehrli ne passe pas la rampe. Il devrait toutefois pouvoir continuer à siéger puisqu'Olivier Français ne rempilera pas pour un tour au National. Il se retirera de la politique s'il n'est pas réélu aux Etats.

Pierre-Yves Maillard en locomotive

Chez les socialistes, Pierre-Yves Maillard, aujourd'hui président de l'Union syndicale suisse et ancien conseiller d'Etat, fait sans surprise un véritable carton. Meilleur élu vaudois, il brûle la politesse à la sortante Ada Marra laquelle devance Roger Nordmann, Samuel Bendahan et Brigitte Crottaz. En sixième position, la présidente du parti vaudois Jessica Jaccoud pourrait monter à Berne si Ada Marra est élue aux Etats. Exit par contre le sortant Nicolas Rochat Fernandez.

La gauche radicale n'est pas parvenue à atteindre son objectif d'un siège au Parlement fédéral. Ensemble à Gauche recueille 2,21% des voix, le POP 1,85%. La participation est de plus de 41%.

Publicité