Primes

Vaud malade de ses coûts

Touché par une augmentation de ses dépenses sensiblement plus élevée que la moyenne suisse, le canton enregistre la plus forte hausse des primes en Suisse

Quel choc pour le canton de Vaud! C’est lui qui encaisse la plus forte hausse des primes d’assurance maladie pour 2018: 6,4% pour les adultes et même 8,3% pour les enfants. Le canton n’avait plus vécu pareille hausse depuis 2003. «C’est une année extrêmement pénible et douloureuse», a déclaré le conseiller d’Etat et chef de la Santé, Pierre-Yves Maillard.

Lire également: Les cantons romands très touchés par la hausse des primes maladie 2018

Le Groupe Mutuel, cancre de l’année

Il n’y a pas de miracle. En 2016, Vaud a connu une hausse des coûts par assuré beaucoup plus forte que la moyenne suisse. Pourtant, la hausse des primes varie fortement d’un assureur à l’autre, oscillant d’une baisse de 0,9% à une augmentation de 16%. Cette année, c’est le Groupe Mutuel – le plus gros assureur du canton – qui fait figure de cancre de la classe. L’augmentation des primes pour 2018 est due notamment à une sous-estimation des dépenses lors des années précédentes, ce qui l’a conduit à une correction sur le seul exercice de l’an prochain.

Lire aussi: Heinz Brand: «Nous nous dirigeons vers une médecine à deux classes»

«Nous avons péché par optimisme», reconnaît le responsable de la communication du Groupe Mutuel, Yves Seydoux, qui ajoute: «En règle générale, nos primes ont toujours été basses et raisonnables. Elles vont certes augmenter, mais nous restons concurrentiels. Nous pouvons parler d’une certaine normalisation.»

Lire également:  Primes maladie: les raisons d’une hausse vertigineuse

Moratoire sur les nouveaux médecins

Le mouton noir des caisses n’est donc plus Assura et son modèle bon marché qui propose des primes d’environ 10% inférieures à la moyenne suisse. Dans le canton de Vaud, la prime moyenne augmente de 5,6%. Dans son communiqué, le canton semble pourtant lui reprocher d’avoir trop augmenté ses primes, «au regard de la réalité de ses coûts», pour se prémunir d’un afflux d’assurés venant du Groupe Mutuel. Assura précise qu’elle a tenu compte, «pour une grande partie, mais pas pour la totalité», de l’adaptation de TarMed qui devrait conduire à des économies de 470 millions en Suisse. Elle a donc abaissé ses primes en conséquence, soit de près de 1%.

Lire aussi: Primes maladie: les politiques impuissants, les assurés résignés

Le canton entend prendre des mesures pour enrayer la spirale infernale des coûts, notamment dans le secteur de la médecine ambulatoire. Il compte renforcer la clause du besoin et instaurer un moratoire sur l’installation de nouveaux médecins, tant en cabinet qu’en institution. Il envisage enfin d’introduire en 2018 un subside complémentaire permettant de plafonner à 12% le poids des primes dans le budget des ménages.

Publicité