Une vaste coalition vaudoise de gauche comprenant entre autres le POP, SolidaritéS et les Jeunes Vert·e·s – mais ni les Vert·e·s ni le PS – relance le débat de la gratuité des transports publics pour tous. Il y a une année, pourtant, l’initiative parlementaire du député POP Vincent Keller avait été balayée lourdement par les députés vaudois par 103 voix contre 17 et 16 abstentions. Elle demandait la même inscription dans la Constitution des transports publics gratuits sur tout le territoire cantonal.

La ministre socialiste des Transports Nuria Gorrite pointait à cette occasion le risque que faisait peser cette initiative sur le développement des transports publics. «Si l’argent vient à manquer, nous ne pourrons pas développer cette offre, notamment dans les régions périphériques, lançait-elle à la tribune. Et le développement de cette offre est le meilleur moyen pour que les gens délaissent leur voiture et prennent les transports publics.»

Cela n’arrête pas le jeune Luca Schalbetter, du POP Vaud, coordinateur de cette nouvelle initiative populaire cantonale. «Nous sommes convaincus que la gratuité des transports publics répond aux diverses crises actuelles, écologique, sociale et économique. Notre initiative s’inscrit dans la lignée des discussions fribourgeoises, neuchâteloises et de la ville de Berne, nous trouvons important que les Vaudois puissent également participer au débat.»

Préserver le pouvoir d’achat

Sa présidente de parti Anaïs Timofte rappelle que le POP défend cette gratuité depuis une bonne vingtaine d’années et que, face à l’augmentation croissante des coûts des transports publics et des taxes des voitures individuelles, elle est la meilleure solution. «Entre 1990 et 2013, le coût du billet a augmenté de 80% et représente aujourd’hui 7,7% du budget des ménages. Or tous les jours le Vaudois fait en moyenne 38 kilomètres de déplacement. Le but est donc de préserver le pouvoir d’achat des citoyens de ce canton, explique-t-elle. Etant donné que la voiture est responsable de trois quarts des émissions carbone issues de la mobilité, nous sommes certains que cette mesure permettra à la Suisse de respecter l’Accord de Paris et au canton de suivre son plan climat.»

Lire aussi (2015): Jean-Louis Sagot Duvauroux, philosophe: «La gratuité des transports publics est une vraie bonne idée»

Le député d’Ensemble à gauche Hadrien Buclin estime que l’Etat de Vaud a «largement» les moyens de financer cette gratuité. Il estime son coût à 350 millions par an, «3% du budget de l’Etat de Vaud», financé principalement par les mesures fiscales usuelles. «L’argent pour financer les transports publics gratuits pour tous est là, le canton est assis sur une réserve importante, il n’y aurait donc pas besoin de toucher à la fiscalité pour financer ces mesures».

Concrètement, les initiants imaginent la distribution d’un abonnement Mobilis à tous les Vaudois. La récolte de signatures débutera le 3 septembre 2021.