Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

VAUD

Vaud. Les squatters légaux de la Voile d'Or se battent pour relever leur défi

Malgré une première saison difficile, l'association La Smala, au bénéfice d'un contrat de confiance pour faire revivre ce lieu célèbre à Lausanne, tente à présent d'ouvrir une discothèque

L'odeur fraîche du lac en moins, l'endroit rappellerait une guingette de plage sur la Côte d'Azur. Le promeneur marche sur un sable gris-blond planté de pins parasols, traverse des buissons de roseaux foisonnants, puis découvre, telle la perle du port de Vidy, une terrasse désormais intitulée La Voile d'Or, qui revit après trois ans d'abandon (Le Temps du 10 mai 99).

Des populations très diverses s'y côtoient, du jeune rappeur, walkman sur les oreilles, à la citadine à petit chien dans sa robe noire décolletée, en passant par la mère de famille entourée de la marmaille en maillot de bain, sans oublier la table de quinquagénaires ventrus, bronzés et tatoués débarqués d'un bateau à moteur pour jouer au backgammon. Côté bar, une équipe jeune sert avec le sourire, dissimulant fort bien qu'elle n'est pas du métier. Le soir, des lanternes japonaises rouges donnent un air de fête, et en fin de semaine, un DJ fait vibrer des haut-parleurs qui saturent un peu, pour le plus grand bonheur d'une foule encore clairsemée, mais visiblement heureuse de danser face aux lumières d'Evian.

Voilà pour les jours de beau temps. Car la moindre goutte de pluie suffit à rendre l'endroit désert. «En Suisse, le site le plus idyllique n'est jamais une poule aux œufs d'or. C'est la météo qui décide. Et elle ne nous a pas aidés», observe François Gruet, l'un des responsables de l'association. Avec le bénéfice néanmoins dégagé par le bar, deux salles de l'ancien restaurant ont été retapées, pour accueillir toute forme d'animations, sur demande.

La version 99 de la Voile d'Or, plus nocturne que la précédente, est éphémère. L'association La Smala occupe l'endroit gratuitement, avec l'autorisation de la banque qui en est gestionnaire, depuis la faillite il y a deux ans du promoteur immobilier Bernard Bescherraz. Aucun repreneur ne s'étant présenté avant l'été, les lieux ont été prêtés, selon un contrat de confiance renouvelable de mois en mois: L'échéance est prévue au 15 octobre prochain. Pour l'instant.

Intéressée à voir vivre le lieu, la Ville de Lausanne a établi le contact entre propriétaires de la Voile d'Or et La Smala, «parce que ces gens ont démontré qu'on pouvait leur faire confiance», précise Claude Joyet, délégué à la Jeunesse de la municipalité. L'équipe, à géométrie variable, est drainée par Théo Bondolfi, un jeune lanceur de projets passé maître en occupation de bâtiments vides à Lausanne (place Arlaud, chemin de Chandieu, Ecole de Chimie, rue du Tunnel entre autres) et ancien leader de Tir Groupé. Il s'est habilement adjoint la collaboration du gérant de la terrasse la plus proche, le Chalet des Bains, au bénéfice d'une patente avec alcool. Dès la mi-juillet dernière, le bar a été ouvert 7 jours sur 7, avec certaines limonades à 1 franc les 2 dl jusqu'à 20 h et de la petite restauration froide. En soirée, les prix sont ceux du marché.

Les animateurs du lieu, pour la plupart anciens chômeurs ou indépendants aux projets professionnels flous, souhaitent surtout une affaire qui roule. Sandra Rivera, ex-employée de commerce et responsable de l'animation: «La dizaine de personnes qui bossent ici a un salaire décent. Tout le monde est payé, même les disc-jockeys, qui sont finalement peu chers par rapport au monde qu'ils amènent». De nombreux amateurs de la Voile d'Or racontent avoir dansé sur la terrasse jusqu'à la fermeture (minuit en semaine, 1 h les jeudis et dimanches, 2 h les vendredis et samedis), mais d'autres jours, la sauce n'a pas pris. Parfois aussi la pluie a dispersé les clients. «Ce qui nous a surpris, c'est le nombre de personnes venues nous remercier d'avoir ouvert, comme cette dame qui nous a tendu 20 francs, sans rien consommer», raconte Sandra Rivera.

Ouverture des salles intérieures

Mais le plus gros défi des acteurs de La Smala est d'animer l'intérieur du bâtiment. L'équivalent de 50 000 francs a été réalisé en travaux de stabilisation, par des professionnels qui ont pratiqué des prix plancher. Samedi 21 août, après avoir obtenu les autorisations requises, c'était l'inauguration, avec force musique techno sur un public clairsemé. «Notre principe est celui de soirées à thème, comme salsa ou disco. Nous accueillerons des gens qui ont déjà un réseau. Car le plus difficile, c'est d'attirer le public qui correspond à chaque style», explique Théo Bondolfi. Au centre-ville déjà, les différentes discothèques se disputent les noctambules. La Voile d'Or devra jouer très fin pour les faire descendre à la plage, une fois la fraîcheur automnale revenue.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a