Le PDG du groupe de défense suédois Saab, Haakan Buskhe, affirme vendredi dans un entretien avec le quotidien Svenska Dagbladet que son téléphone portable a été piraté à plusieurs reprises alors qu’il négocie la vente de 22 avions de combat Gripen à la Suisse.

«On me tient à l’oeil et je sais bien que mon téléphone portable a été écouté à plusieurs reprises. Des messages ont même été envoyés sans que j’en sois l’auteur», a confié Buskhe au quotidien, cité par l’AFP.

Pour le PDG de Saab, une forte concurrence implique «une surveillance d’une manière ou d’une autre». Toutefois, «je suis étonné quand je vois comment nos concurrents travaillent», a-t-il déclaré, sans préciser sur qui portaient ses soupçons.

Le 30 novembre 2011, Berne a annoncé que son choix pour renouveler sa flotte d’avions de combat vieillissante se portait sur le Gripen qui était en compétition avec le Rafale du français Dassault et l’Eurofighter du groupe EADS. Mais le gouvernement suisse refuse de dépenser plus de 3,13 milliards de francs suisses pour l’achat des 22 Gripen et aucun contrat n’a pour l’instant été signé.