«La loi renvoie à la convention collective de travail (CCT) et personne ne peut déclarer unilatéralement que l'autre partie ne l'a pas respectée. Il existe une commission paritaire pour cela. Des actions politiques visant à attirer l'attention sur sa propre situation sont toujours possibles, mais l'entrave du service postal n'est pas admissible. La Poste a le droit de créer des sociétés anonymes, mais ces opérations ne doivent pas avoir pour but de contourner la CCT. Ces sociétés n'existant pas encore, elles n'emploient personne pour l'instant. Les chiffres avancés pour affirmer qu'il y aura des baisses de salaire reposent sur des hypothèses. Les conditions d'emploi dans ces sociétés, par exemple pour les cars postaux, devront se négocier dans le cadre des conventions collectives. Si le syndicat estime déjà aujourd'hui que La Poste ne respecte pas la CCT, il doit en saisir la commission paritaire. Quant à moi, je n'ai pas d'indications permettant d'affirmer que la CCT n'a pas été respectée. Je n'ai donc pas à intervenir.»