Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le conseiller d'Etat Jean-Nat Karabash en campagne  
© Keystone

Elections

Vers la réélection des cinq sortants à Neuchâtel

Les cinq conseillers d’État sortants seront selon toute vraisemblance réélus. Seule reste ouverte la question de savoir s’ils obtiendront la majorité absolue au premier tour déjà

Rien n’est officiel concernant le premier tour de l’élection du Conseil d’État neuchâtelois, dont les résultats définitifs ne devraient tomber que vers 17 heures. Mais le suspense semble déjà levé. Alors que l’on ne dispose que des résultats de la moitié des communes, les premières tendances semblent claires : les cinq conseillers d’État sortants seront selon toute vraisemblance réélus. Seule reste ouverte la question de savoir s’ils obtiendront la majorité absolue au premier tour déjà.

Le choix du vote gouvernemental

Une partie de l’électorat a visiblement privilégié l’option du vote gouvernemental à celle d’un vote idéologique. A gauche, les trois socialistes Jean-Nat Karakash, Laurent Kurth et Monika Maire-Hefti distancent largement le Vert Fabien Fivaz. Même phénomène au PLR où l’écart s’est vite creusé entre les ministresLaurent Favre et Alain Ribaux d’une part, et l’outsider Isabelle Weber-von Kaenel d’autre part.

Surprise avec Xavier Challandes

Quant à l’UDC, elle ne réussit pour l’instant pas à jouer les trouble-fête, contrairement à ce qui s’était produit voici quatre ans avec Yvan Perrin. Ses trois candidats ne font pas le poids. A la surprise générale, c’est encore Xavier Challandes, le candidat qui a pourtant avoué qu’il envisageait de changer de parti, qui réalise le meilleur score devant Stefan Moser et Jean-Charles Legrix.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a