Les résultats relatifs à l’initiative contre l’exportation du matériel de guerre ont, eux, davantage évolué. Et ils n’ont pas de quoi réjouir le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA). Malgré divers scandales dénoncés par le groupuscule, comme l’exportation d’armes vers un Etat indien qui recourt à des enfants soldats, les opposants, toujours plus sensibles à l’argument des pertes économiques qu’engendrerait une interdiction de l’exportation du matériel de guerre, sont aujourd’hui plus nombreux qu’en octobre. Ils sont passés de 44% à 50%, alors que les partisans ne sont plus que 39% (-2) à soutenir l’initiative. Les indécis sont eux passés de 15% à 11%. Comme la double majorité est requise et que les cantons périphériques diront probablement non à l’initiative à cause des risques pour l’emploi, le sort du texte semble scellé.

Sans surprise, les partisans ont augmenté dans les rangs des sympathisants des Verts et du PS, alors qu’ils ont diminué chez les PDC, PLR et UDC. Les personnes proches de l’UDC sont celles qui s’opposent le plus clairement au texte, avec 74% de voix. Les différences de sensibilité entre régions linguistiques restent, elles, minimes. En revanche, il apparaît clairement que plus les votants sont âgés plus ils déposeront un non dans l’urne. Le oui n’a augmenté que du côté des 18-39 ans.

«Faire pression»

Pour Josef Lang (Verts/ZG), l’augmentation du non s’explique par le poids des arguments économiques. «En situation de crise, les arguments rationnels peinent à passer», déplore le conseiller national. Il dénonce la «campagne de peur» basée sur la perte d’emplois des opposants, «menée grâce à 2 millions de francs, soit dix fois notre budget». S’il paraît résigné quant au résultat final, il veut rester optimiste. «Avec plus de 40% de oui, nous pourrions faire pression pour que la pratique actuelle soit plus restrictive, que les interdictions temporaires pour le Pakistan, l’Arabie saoudite et l’Egypte soient aussi maintenues l’an prochain», dit-il. Les partisans tenteront ces prochains jours de mobiliser davantage les jeunes et les femmes, plus sensibles à leur proposition.

Et le troisième objet de votation, dont on a tendance à oublier l’existence faute de campagne visible? L’arrêté fédéral «pour la création d’un financement spécial en faveur de tâches dans le domaine du trafic aérien» séduit un peu ou beaucoup 49% des votants, contre 23%. Les indécis restent nombreux: 28%.