«Penser global, agir local», rappelle la conseillère d’Etat PLR Christelle Luisier aux communes, tel un coach à son équipe sportive. L’ancienne syndique de Payerne est depuis un an maintenant aux commandes du Département vaudois des institutions et du territoire, elle présente le premier projet qu’elle a pu mener de bout en bout. «Les communes sont les acteurs au plus proche du terrain pour influer sur le changement climatique. Comme nous sortons des élections communales, nous pensons que le moment est bon pour insuffler une nouvelle dynamique.»

Cette nouvelle dynamique verrait le jour sous forme de prestations diverses. Des outils pratiques, comme un modèle de plan climat adapté à l’échelle communale, des prestations de conseils et des formations. Mais aussi une subvention pour que les plus petites communes, celles qui n’ont pas de personnel dédié aux questions climatiques, puissent avoir recours à des spécialistes externes. Le Conseil d’Etat sollicite un crédit de 2,4 millions de francs au Grand Conseil destiné à financer un dispositif de soutien aux politiques climatiques.

Eviter de réinventer la roue

«Les communes ne nous ont pas attendus pour se mobiliser dans des politiques climatiques, dans toutes celles que j’ai visitées, la prise de conscience est là. Nous souhaitons simplement éviter que chacune d’entre elles ne réinvente la roue de son côté. Notre objectif est que la dynamique climatique couvre l’entier du territoire de façon à renforcer et encourager les coordinations et partenariats entre communes», propose Christelle Luisier.

Lire aussi: Le gouvernement vaudois vise la neutralité carbone en 2050

Ainsi, des ateliers d’échange entre les villes sont déjà en cours et pourront s’intensifier. Le Plan énergie et climat communal (PECC) proposera des outils pour faciliter la réalisation d’un profil énergétique et climatique communal, ainsi qu’un modèle de Plan climat à disposition des communes. L’engagement d’un expert climat et durabilité pour les communes viendrait renforcer ces mesures. «Il ne s’agit ni d’imposer ni de contraindre, mais de soutenir et d’aider», clarifie Christelle Luisier. «Nous avons besoin de l’aide de toutes les communes, petites et grandes, pour atteindre les objectifs du plan climat vaudois».