Le Conseil fédéral entend faciliter l'accès, à des fins statistiques, aux registres cantonaux et communaux des habitants ainsi qu'aux autres registres officiels de personnes. Pour cela, le gouvernement veut en harmoniser la tenue dans toute la Suisse. Il a mis en consultation, mercredi, un projet de loi qui, tout en maintenant la compétence des cantons, instaure un certain nombre de règles communes, notamment la communication des arrivées et des départs entre les différents registres. Ce projet s'inscrit, selon le Conseil fédéral, dans la perspective plus vaste de la «cyberadministration» développée actuellement au sein de la Confédération. L'objectif est d'améliorer la qualité du travail statistique tout en simplifiant la collecte des données. Le projet doit rendre possible la saisie, par une consultation informatique des registres, de toute une série d'informations qui doivent, aujourd'hui, être collectées en interrogeant les personnes lors du recensement.

Selon le dernier rapport du préposé fédéral à la protection des données, le principal danger que présente l'harmonisation des registres est lié à la mise en œuvre d'un instrument contesté, le numéro d'identification personnel (NIP). Son usage à des fins statistiques ne serait qu'un aspect, puisqu'il devrait servir de mode de communication très général entre le citoyen et l'administration.