Vert, que vas-tu faire de ta victoire? Le raz de marée du parti écologiste, qui comptera 28 sièges au Conseil national (+17, troisième projection dimanche soir à 20 heures) et pourrait en dénombrer cinq (+4) au Conseil des Etats, et du parti vert’libéral, qui aura 16 conseillers nationaux (+9), va provoquer d’importants changements sous la coupole fédérale. «C’est clairement le signe que le peuple veut une autre politique. Il veut une politique climatique constructive et les Verts en seront le moteur. Qu’il s’agisse des transports ou du chauffage, il faudra passer des énergies fossiles aux nouvelles technologies, en présentant des solutions socialement et économiquement supportables», analyse la présidente des Verts, Regula Rytz. Elle demande la convocation d’un sommet sur le climat, auquel seront conviés des scientifiques et propose de conclure «un pacte interpartis pour le futur».

Lire aussi: La majorité de droite au Conseil national a vécu