Irène Kälin et Thomas Hefti ont accédé lundi aux deux présidences des chambres fédérales. La première succède à Andreas Aebi (UDC/BE) à la présidence du Conseil national et le second à Alex Kuprecht (UDC/SZ) au perchoir du Conseil des Etats.

La Verte Argovienne est devenue la 15e femmes à occuper la présidence du Conseil national, élue par 151 voix sur 166 bulletins valables. Elle devient ainsi la première citoyenne de Suisse.

Islamologue de formation est seulement la deuxième Verte à occuper cette fonction, mais la 14e représentante d’Argovie. Le canton est le quatrième le plus représenté au perchoir après Berne, Zurich et Vaud. Aucun conseiller national jurassien ou obwaldien n’a en revanche présidé la Chambre du peuple jusqu’à présent. Âgée de 34 ans, la femme de gauche n’est pas la plus jeune présidente. C’est Pascale Bruderer qui détient ce titre. Egalement originaire d’Argovie, la socialiste était devenue la première citoyenne de Suisse à l’âge de 32 ans en 2009.

Irène Kälin a toujours défendu des valeurs sociales et solidaires. Elle a malgré tout réussi à s’imposer dans un canton très bourgeois, avant de convaincre sous la Coupole fédérale. La Verte entre au parlement argovien en 2014, puis au National trois ans plus tard comme première des «viennent-ensuite» après la démission de Jonas Fricker. Réélue facilement en 2019, elle prend la présidence du parlement quatre ans seulement après son arrivée à Berne.

Inquiète de la polarisation grandissante face à la pandémie, elle entend mettre à profit son mandat pour rassembler. Mère d’un petit garçon, Irène Kälin assure n’avoir jamais réellement visé une carrière politique. Allier vie familiale et professionnelle est d’ailleurs un principe que la politicienne vit au pied de la lettre: elle a parfois siégé avec son bébé dans les bras.

Thomas Hefti aux Etats

Le Glaronais Thomas Hefti est luis devenu le nouveau président du Conseil des Etats pour une année. Ce libéral-radical conservateur de 62 ans a été élu au perchoir par 44 voix et aucune opposition. Thomas Hefti succède à l’UDC Alex Kuprecht (SZ). Juriste, plutôt discret et doté d’un bon réseau, il siège pour Glaris à la Chambre des cantons depuis 2014.

Issu d’une longue lignée de politiciens, il est actif dans six commissions parlementaires. Avec 17 liens d’intérêt, dont deux présidences de conseil d’administration d’entreprises hydroélectriques, il fait partie des sénateurs ayant le plus d’engagements en dehors du Parlement. En presque huit ans au Conseil des Etats, il n’a déposé que quatre interventions. Il s’est surtout fait remarquer par ses oppositions à des projets comme l’adhésion à la convention contre la violence à l’égard des femmes. Il est aussi un adversaire de la transparence maximale en politique, en justice et dans les médias.


La Vaudoise Céline Weber Koppenburg fait son entrée au National

La Vaudoise Céline Weber Koppenburg (PVL) a prêté serment lundi au Conseil national. Cette ingénieure de 47 ans succède à Isabelle Chevalley, qui a quitté son poste pour se consacrer à des projets de recyclage en Afrique de l’Ouest.

Domiciliée à La Rippe, dans la région nyonnaise, Céline Weber Koppenburg était arrivée troisième de sa liste et première des viennent-ensuite lors des élections fédérales de 2019. Titulaire d’un doctorat en génie mécanique de l’EPFL, elle travaille depuis plus de vingt ans comme consultante dans le domaine des énergies renouvelables. Elle a notamment fondé en 2016 le bureau de conseil en énergie focus-E.

Une deuxième femme a fait son entrée ce lundi à la Chambre du peuple. La libérale Patricia von Falkenstein (PLR/BS) succède à Christoph Eymann. L’ancien ministre bâlois de l’instruction, âgé de 70 ans, a justifié son départ par son âge.

Lire à ce sujet:  A la surprise générale, la conseillère nationale Isabelle Chevalley se retire de la vie politique