Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Affichettes du parti Vert'liberal
© Keystone

Votations

Vert'libéraux et PBD rejettent la loi sur les jeux d'argent

Réunis en assemblée des délégués, samedi, les deux partis ont dit non à l'objet qui sera soumis au peuple le 10 juin prochain. Pour les Vert'libéraux, cette loi accorde trop de privilèges aux casinos.

Un objet, deux votes, deux résultats similaires. Samedi, les Vert'libéraux et le PBD ont nettement rejeté la loi sur les jeux d'argent, lors de leur assemblée des délégués respective, à Genève et à Seewies.

Dans la commune grisonne, la décision est tombée par 52 voix contre 44 et 8 abstentions. Les délégués ont suivi les arguments des Jeunes PBD.

Lire aussi: Une lutte à couteaux tirés pour les jeux d’argent

A Genève, le rejet a été beaucoup plus net: 85 voix contre et 1 pour, a indiqué la PVL dans un communiqué. «La loi protectionniste sur les jeux d'argent accorde des privilèges injustes au lobby des casinos suisses», a déclaré le vice-président du parti, Pascal Vuichard. Les blocages peuvent être facilement contournés et renforceraient le marché noir, selon lui.

De plus, pour le PVL, un non à cette loi ne compromettra pas le financement du sport et de la culture. Il ouvrira plutôt la voie à une régulation libérale des jeux d'argent tout en assurant des revenus fiscaux et une prévention efficace.

Lire aussi: Trois millions pour gagner sur les jeux d'argent

Cet objet, tout comme l'initiative Monnaie pleine, seront soumis au peuple le 10 juin prochain.

 

Dossier
Jeux d’argent: quelles règles sur internet?

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a