C’est la surprise de l’entre-deux-tours de l’élection au Conseil d’Etat neuchâtelois. Une prise de position qui fait parler dans le landerneau politique. Après une longue discussion, le comité des vert’libéraux a décidé d’appeler à voter pour Roby Tschopp, le seul Vert au second tour du 9 mai. L’objectif affiché: que la sensibilité environnementale soit représentée au sein du gouvernement. Mais le soutien à un candidat très marqué à gauche divise à l’interne. Fondateur et premier président de la section cantonale, Raphaël Grandjean déclarera publiquement, au quotidien ArcInfo, que «son cœur de libéral saigne».

La décision passe également très mal au sein de la droite neuchâteloise. En particulier auprès du Parti libéral-radical avec qui les vert’libéraux ont été apparentés par le passé et qui présente trois candidats au second tour. «Nous sommes évidemment déçus, reconnaît le président du PLR neuchâtelois, Fabio Bongiovanni. Cependant, leur prise de position ne nous surprend pas, tant leur parti vote de plus en plus régulièrement avec la gauche.» Une affirmation que conteste Mireille Tissot-Daguette, coprésidente des vert’libéraux neuchâtelois: «Nous ne sommes ni de gauche ni de droite.»