Vaud

Les Vert’libéraux traitent Cesla Amarelle de menteuse

Cesla Amarelle a voté non à Forta au National tout en soutenant publiquement le projet, dénoncent les Vert’libéraux vaudois. La conseillère nationale socialiste se lave de ces accusations

Inscrites au sein de la campagne électorale vaudoise, les attaques contre la socialiste Cesla Amarelle s’intensifient. Après avoir cherché à vérifier qu’elle ait pris ou non un congé sabbatique à l’Université de Neuchâtel et demandé ses extraits de taxation, ses adversaires, en l’occurrence ici les Vert’libéraux vaudois tentent une nouvelle pique. «Cesla Amarelle a affirmé publiquement à plusieurs reprises qu’elle soutenait un objet d’importance capitale pour le canton de Vaud, le fonds FORTA (Fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération). C’est absolument faux. Le 30 septembre 2016, au vote final, la conseillère nationale Cesla Amarelle a voté non», dénoncent-ils dans un communiqué adressé jeudi à la presse. «Cesla Amarelle a également affirmé qu’elle avait rejoint le comité de gauche pour le oui à Forta mais sa présence sur le site a délibérément été ajoutée il y a deux jours».

Que répond la candidate socialiste à ces allégations qui sortent à une grosse semaine des élections? «Je n’ai jamais menti sur mon vote, qui est d’ailleurs public. J’ai suivi mon groupe au Conseil national, qui préconisait de voter non. Ce n’est qu’ensuite que – comme beaucoup de socialistes vaudois – j’ai pris conscience des réels impacts de ce vote sur le fonds d’agglomération», soutient Cesla Amarelle. «J’ai donné mon accord au comité de soutien pour figurer sur leur liste et j’ai fait campagne avec eux pour que le oui populaire l’emporte. Plusieurs déclarations publiques font état de mon soutien à Forta. Je ne vois pas ce que j’ai à me reprocher».

Elle relève par contre «la nervosité du clan adverse induite par leur alliance». Son président de parti Stéphane Montangero déplore ces attaques personnelles «qui ont lieu pour cacher le manque de programme des candidats de droite».

Publicité