Les vert’libéraux ont le vent en poupe depuis leurs bons résultats des fédérales en 2019. A la fin de l’année passée, le petit parti faisait ainsi élire sa toute première ministre cantonale, Esther Keller, à Bâle-Ville. Du côté de Neuchâtel, en octobre, Mauro Moruzzi devenait le premier vert’libéral à faire son entrée dans l’exécutif d’une grande ville romande. Ces «premières» donnent des ailes au parti vaudois à l’heure du dépôt des listes pour les élections communales des 7 et 28 mars prochains. Un scrutin charnière pour une section fondée en 2010 (la deuxième en Romandie après Fribourg), mais qui ne compte pour l’heure qu’une poignée de représentants dans des municipalités, à l’image de celles de Nyon, Prangins ou Moudon.

Lire aussi: Esther Keller, conseillère d’Etat en colocation