En pleine ascension au niveau national, les Verts genevois sont dans les starting-blocks à Genève où les élections communales du 15 mars 2020 se profilent déjà. Ambitieuse, la formation écologiste présente notamment deux candidats pour l’élection au Conseil administratif de la ville de Genève. Derrière une apparence d'unité, une ligne de fracture fissure toutefois le parti. Des visions divergentes de l’aménagement du territoire, mais aussi du développement économique provoquent des tensions internes.

Au sujet des nouveaux quartiers de Cointrin-Est et Cointrin-Ouest, soumis au vote populaire le 9 février prochain, le parti, trop divisé, a préféré laisser la liberté de vote. Cela alors même que trois magistrats verts, le conseiller d’Etat Antonio Hodgers, l’élu meyrinois Pierre-Alain Tschudi et son homologue verniolan Yvan Rochat bataillent pour défendre le projet. Le 24 novembre dernier, lors du référendum sur le Petit-Saconnex, prenant le contre-pied du mot d'ordre d'Antonio Hodgers, les Verts genevois ont défendu la permanence de villas, bloquant ainsi la construction de 200 logements en plein centre-ville. Surprenant pour un parti de gauche. Cette ambiguïté lui portera-t-elle préjudice lors des élections municipales?