Genève 

Les Verts partent à l’assaut du Conseil administratif genevois

La récente progression du parti écologiste au niveau fédéral rebat les cartes pour les élections municipales de 2020 en ville de Genève. Il vise désormais deux sièges à l’exécutif. Au détriment de qui?

Les Verts se sentent pousser des ailes. En particulier en ville de Genève où ils ont réalisé dimanche un score canon: 22,73% des suffrages, loin devant les socialistes, qui obtiennent 16,66%. Le petit frère vert sera-t-il tenté de prendre le pas sur son grand frère socialiste lors des prochaines élections municipales du 15 mars 2020? Il revendique en tout cas deux sièges au Conseil administratif. S’il y parvient et si le Parti socialiste maintient ses deux candidats, le fauteuil d’Ensemble à gauche et celui du PDC seraient alors menacés. Avec l’éventualité d’élire un collège monocolore, uniquement de gauche, l’élection se présente plus ouverte que jamais.

«Nos alliés naturels restent les socialistes, prévient Didier Bonny, coprésident de la section verte en ville de Genève. Il n’est pas question de s’ouvrir au centre. On ne trahit pas une alliance dès que le vent tourne en notre faveur.» En revanche, il reconnaît que l’équilibre des forces est désormais égal au sein de l’Alternative. «Il y a quelques mois, nous hésitions encore à présenter un ou deux candidats au Conseil administratif, aujourd’hui, le double ticket nous paraît évident.» Le 30 octobre, les deux partis tiendront leurs assemblées générales collectives pour définir la stratégie du premier tour. Un ticket à quatre semble pour l’heure l’option retenue: Alfonso Gomez et Frédérique Perler sont en lice pour les Verts, le sortant Sami Kanaan et Christina Kitsos forment le duo socialiste.