climat

Les Verts vaudois veulent ancrer l’urgence climatique dans la Constitution

Une initiative cantonale impose à l’Etat et aux communes d’atteindre la neutralité carbone pour 2050

Après les impressionnantes manifestations, plusieurs cantons ont décrété l’urgence climatique, comme celui de Vaud. Mais pour les Verts du canton, l’engouement pour l’écologie pourrait s’essouffler à l’avenir. Afin d’assurer des mesures politiques concrètes sur le long terme, les Verts et les Jeunes Verts ont lancé lundi une initiative afin d'inscrire la protection du climat dans la Constitution vaudoise.

Notre page spéciale sur l'urgence climatique

«En ancrant cette urgence climatique au niveau le plus fort, nous pouvons faire du climat une politique transversale et prioritaire», résume Adèle Thorens Goumaz, conseillère nationale.

Atteindre la neutralité carbone

L’initiative demande aux communes et au canton d’appliquer les objectifs de l’Accord de Paris – signé par la Suisse en 2017 – et d’atteindre la neutralité carbone en 2050.

Cet objectif est déjà présent dans une autre initiative, soutenue par les Verts, l’initiative fédérale «Pour les glaciers». Mais pour «agir à une vitesse adaptée aux enjeux», les Verts vaudois souhaitent opérer à l’échelle cantonale.

Lire aussi: Urgence climatique, des belles paroles à la dure réalité

Vaud, seul et premier canton dans lequel les Verts ont lancé une telle initiative, est vu comme un terrain fertile pour l’aboutissement de l’initiative. «Nous sommes confiants, au vu des résultats des récentes votations; les Vaudois sont progressistes et sensibles à la problématique du climat», assure Adèle Thorens Goumaz. Après avoir passé une première journée sur le terrain pour la récolte de signatures, la politicienne a reçu un bon accueil dans les rues lausannoises.

Investir autrement les fonds publics

Spécificité de l’initiative, l’argent public devra être investi dans des entreprises innovantes dans la transition écologique et cherchant à réduire leur empreinte carbone. Selon la parlementaire écologiste, la Caisse de pensions de l’Etat de Vaud (CPEV) et la Banque cantonale vaudoise (BCV) font partie des acteurs qui pourraient être touchés par cet article, tout comme la politique d’investissement du canton. Les initiants souhaitent éviter que l’Etat, tout en finançant une politique de protection du climat, ne soit amené à soutenir également des entreprises qui agissent contre cette protection.

Un contexte d’élections fédérales

Trois mois avant les élections fédérales, et le déploiement militant qui précède, le contexte politique est favorable au lancement de l’initiative. «Il est plus facile pour nous d’agir dans ce contexte», admet Adèle Thorens Goumaz, même si elle souligne que les Verts n’ont «pas besoin de cette initiative pour mettre la défense du climat en priorité sur l’agenda politique du parti».

Lire également: Les Verts vaudois en quête d’un siège supplémentaire

La pêche aux signatures pour l’initiative fédérale «Pour les glaciers» s’étend jusqu’à l’année prochaine. Ce qui aidera également à faire aboutir cette initiative vaudoise. Les Verts et les Jeunes Verts ont jusqu’au 19 novembre pour récolter 12 000 paraphes.

Publicité