Le Tribunal criminel de l’Est vaudois a rendu son verdict à l’issue du procès de la famille de trafiquants de stupéfiants établie sur la Riviera. Les juges sont convaincus que ce commerce illicite a bien commencé en 2014, et non en 2017, comme l’affirmaient les cinq prévenus originaires des Balkans, liés par le sang et la vente de marijuana. Ils se fondent notamment sur les déclarations du sixième participant, l’ancien époux de la fille, lui aussi reconnu coupable, comme les autres, mais dans une moindre mesure, d’infraction grave à la loi sur les stupéfiants. Ils ont été jugés durant une semaine début octobre, pour la revente de marijuana et de haschich, pour un chiffre d’affaires estimé autour de 770 000 francs.