Rarement une élection aura autant ressemblé à une chausse-trappe. «Il faut être complètement fou pour vouloir aller se mettre dans une telle galère», lance un conseiller communal de Vevey. Un avis largement partagé sur la Riviera vaudoise. L’élection complémentaire à la municipalité du 21 juin prochain, organisée à la suite de la démission du PLR Etienne Rivier, arrive dans un contexte explosif. Le nouvel élu va en effet devoir siéger dans un exécutif secoué depuis quatre ans par les scandales et miné par les querelles personnelles, qui ont atteint un degré de violence sans précédent dans une commune vaudoise.

Lire aussi: Comment Vevey s’est enfoncée dans la crise