A défaut de convertir les Suisses à un régime végétal, les défenseurs des animaux derrière l’initiative contre l’élevage intensif espèrent au moins porter un coup à «la consommation excessive de viande bas de gamme». Avec en toile de fond, cette idée: produire de manière plus respectueuse du bien-être animal, et donc selon des normes plus strictes, c’est produire moins. Et donc, inciter à consommer «moins, mais mieux».