En basculant de l’autre côté du Marchairuz surgissent de nouveaux horizons. Les grands épicéas du Jura sont enveloppés par un doux manteau neigeux alors que les vastes plaines permettent à l’esprit de s’évader un instant. Le lac de Joux s’étend à perte de vue, personnage central d’un tableau idyllique, loin des métropoles lémaniques. Du vide vient la beauté. Mais n’est-ce pas trop vide?