La majorité rose-verte au pouvoir en Ville de Berne semble inusable. Installée depuis 24 ans, elle renforce encore son emprise avec les élections municipales de dimanche. Sa part des suffrages a passé de 49% à 62% entre 1992 et 2016.

L’alliance majoritaire a ravi quatre des cinq sièges de l’exécutif. Autre élément marquant du scrutin: l’élimination du PLR. Son candidat, le sortant Alexandre Schmidt, n’a pas été réélu. Le PDC Reto Nause reste le seul représentant du camp bourgeois à la tête de la ville fédérale.

Ainsi que le note le Bund, Alexandre Schmid n’a pas démérité, tenant bien en main la direction des finances et ayant fait activement campagne. C’est surtout au manque d’alliés de son parti qu’il doit sa défaite.

Il faudra un second tour, le 15 janvier, pour élire le futur maire de Berne, qui succédera à Alexander Tschäppät. Longtemps dauphine incontestée, la socialiste Ursula Wyss se retrouve en concurrence avec Alec von Graffenried (Verts Liste Libre), qui a fait son entrée à l’exécutif de la ville avec le meilleur résultat. Il a reçu le soutien de Reto Nause pour le second tour, tandis qu’Ursula Wyss réfléchit encore à sa candidature.