Un groupe soudé, prêt à faire son introspection. A Genève, la section Ville du PLR genevois s’efforce de donner le change après la révélation, dans Le Temps, d’échanges de messages troublants entre Simon Brandt et Pierre Maudet à propos d’une facture liée à la soirée d’anniversaire du conseiller d’Etat en 2018. Des messages qui valent à Pierre Maudet d'être convoqué lundi par le comité directeur du PLR avec, à l'ordre du jour désormais, un vote sur une éventuelle exclusion du parti. Réuni ce jeudi matin pour prendre acte de la démission de son vice-président, Simon Brandt, et de son trésorier, le comité du PLR Ville a de son côté décidé de lancer une analyse détaillée de ses archives pour s’assurer qu’aucun PV n’a été falsifié. Un geste essentiel pour «lever les doutes» et retrouver la «confiance des électeurs». Attendu à cette réunion, Simon Brandt ne s’est pas présenté.

Lire aussi: La grosse fatigue des politiques devant la poursuite de l’affaire Maudet